Pyrénées de cirque      Pirineos de circo      Pirineus de circ

Enregistrer au format PDF

Chemins de Création - Voyage au long cours

2001

Toutes les versions de cet article : [català] [Español] [français]

Par Cesc Martínez (journaliste, Zirkolika)

Juliette Beaume, partenaire et référente du projet européen transfrontalier circ que o ! à La Central del Circ de Barcelone, affirme qu’« un spectacle de cirque a généralement une longue durée de vie ». Cette caractéristique particulière fait qu’il a besoin d’un soutien particulier qu’on ne trouve pas toujours dans les circuits purement commerciaux. La longue période de création requiert souvent un accompagnement précis et approprié. C’est précisément ce que propose le dispositif Chemins de Création de circ que o !

À La Grainerie, fabrique de création à Balma, dans l’agglomération toulousaine, et chef de file de circ que o !, Jean-Marc Broqua dit que « l’important est la diversité des propositions avec lesquelles s’implique Chemins de Création ». Et il ajoute qu’« une des idées de circ que o ! est de faciliter les relations entre les infrastructures en profitant de l’environnement géographique commun que sont les Pyrénées. En ce sens, le dispositif Chemins de Création bénéficie de la présence de noyaux un peu périphériques dans ce cadre territorial, comme Toulouse ou Barcelone, qui sont de véritables capitales du cirque, avec la participation dans le projet de diverses infrastructures. Cela donne beaucoup de visibilité ». De même, Juliette Beaume affirme : « La règle du jeu était que toutes les compagnies fassent une résidence de l’autre côté de la frontière. Ça n’a pas toujours été possible, mais la plupart ont fait un séjour dans un autre territoire, bien que pas forcément à l’étranger ».

Pour Broqua, l’échange oblige les artistes à se confronter à divers publics. Il souligne le lien au territoire géographique, qui devient un réseau permettant la circulation de propositions artistiques et de connaissances, et donc stimule la création. En faisant une petite digression, il explique aussi que la programmation de Cirque en Transhumance, l’événement vitrine de circ que o !, sans que cela soit son but, peut commencer à avoir une influence dans des festivals internationaux à l’intérieur et à l’extérieur des Pyrénées. Broqua analyse chaque dispositif en relation au complexe de circ que o ! et fait ressortir ces deux axes : « Territoire et changement de culture du secteur. Cela veut dire intégrer dans l’art les aspects de gestion et de négociation avec le secteur public, parce que l’argent public est nécessaire, et prendre en compte la logique sociale et économique ». C’est pour cela que, au moment de choisir les projets qui vont recevoir l’aide de circ que o !, il prend en compte « la qualité, qui est un mélange de talent et de technique, et la disponibilité pour développer une partie de la création en dehors du propre territoire ». Chemins de Création se situe au cœur des actions : « Nous voulons consolider des projets. C’est pourquoi il est très important d’estimer les temps de création et d’avoir une projection pour le futur. »

Juliette Beaume parle de ce processus de sélection en le qualifiant de « débat serein et de confiance mutuelle » dans lequel « toutes les décisions ont été prises après mûre réflexion ». « Chaque centre concerné connaissait de plus près certains projets, et pour La Central cela a été très positif d’avoir l’occasion d’évaluer des projets venant d’autres territoires et d’assurer le suivi de ceux qui ont été sélectionnés. Il est aussi positif de soutenir des propositions d’ici en sachant qu’elles vont avoir un écho en dehors de notre territoire. » Elle souligne également l’importance du milieu géographique transpyrénéen, et quant à la diversité esthétique des propositions, fait l’observation suivante : « Tous les projets s’inscrivent dans la perspective du cirque contemporain. Tous étaient aussi de compagnies ou artistes en voie de consolidation. » Jean-Marc Broqua les qualifie de « projets avancés qui vont au-delà de la forme courte du numéro », chose pour laquelle il affirme « la nécessité d’un travail complexe et des infrastructures ».

Mais qu’en pensent les artistes ? Selon Fabrizio Giannini, membre de la compagnie « eia », le plus remarquable est « le soutien logistique, sous forme de résidences artistiques, et l’apport économique à la production », puis il rentre dans le détail : « Chemins de Création nous a permis de développer notre création dans divers lieux d’Europe, nous offrant ainsi de nombreuses occasions de confrontation avec d’autres compagnies et des artistes de formation différente de la nôtre. Nous avons aussi eu la possibilité de présenter des étapes de travail dans les divers centres de création et il a été
très enrichissant de voir les réactions du public dans chaque endroit. Le public est fondamental pour notre création et, sans ce dispositif, notre spectacle ne serait pas ce qu’il est. »

Télécharger le PDF Ici


Graphisme : Creadores de Ocio Crédits photos : la Grainerie, APCC, Poussière d’Image, Fanette Bruel, Guillaume Gouache, Eva Ferres.

Extranet | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Agenda