Pyrénées de cirque      Pirineos de circo      Pirineus de circ

Enregistrer au format PDF

L’Aragon, enclave stratégique des Pyrénées

Toutes les versions de cet article : [català] [Español] [français]

Par Cesc Martínez, Zirkolika

La dernière édition de Cirque en Transhumance, dans la ville aragonaise de Jaca, du 29 septembre au 2 octobre, est l’aboutissement d’un processus de trois ans de circ que o ! Jaca accueillera une université d’été réunissant les élèves des écoles de cirque, ainsi qu’une sélection de spectacles de compagnies et d’artistes qui ont été aidés dans le cadre du projet. Des rencontres professionnelles ont aussi été programmées avec tous les partenaires pour évaluer le parcours de ces trois années. Ces rencontres, qui vont se dérouler au Palais des Congrès de la ville, serviront aussi à dessiner le futur du projet, avec l’arrivée de nouveaux partenaires de Navarre, Aquitaine et du Pays Basque, et à élargir ainsi le territoire d’action en couvrant la totalité des Pyrénées.

Les écoles de cirque Le Lido et Rogelio Rivel présenteront les spectacles des élèves de deuxième année sous chapiteau, et on pourra voir aussi le spectacle Kaosmos, résultat du cours de mise en scène de spectacles de cirque proposé par l’Association des Jongleurs de Saragosse. Dans le cadre de circ que o ! l’AMZ a organisé un cycle de formation continue pendant trois ans sur divers aspects liés au cirque.

Mario Cosculluela, de la AMZ, explique qu’« il est enrichissant de travailler avec des équipes interdisciplinaires et inter-territoriales, où s’exportent et s’importent des idées et des façons de travailler », et il considère que la rencontre de Jaca est « un événement d’envergure car on monte un chapiteau et qu’il y a aussi des spectacles en rue ». Il souligne le fait qu’il y a des artistes venus des deux côtés de la frontière, et que « la programmation est riche ».

Toron Blues à Jaca, Cirque en Transhumance 2010 © La Grainerie

Outre les spectacles des écoles de cirque et les rencontres professionnelles, l’intense programmation évoquée par Cosculluela est complétée par onze numéros sélectionnés du dispositif Chemins Émergents, des compagnies qui sont passées par les rencontres de Fraga et ont reçu l’aide de circ que o ! Les projets de 220 Vols (Midi-Pyrénées), et EIA (Barcelone) ont quant à eux été aidés par Chemins de Création.

Miguel Ollés, président d’Animahu (association partenaire de circ que o ! qui se consacre à la production et la gestion d’événements, en plus d’un travail sur le cirque social et la formation), est aussi le directeur artistique du festival du même nom à Huesca. Il souligne le haut niveau des propositions qui ont reçu des aides du projet européen, et défend la qualité de la programmation de Jaca : « Jaca est en quelques sortes le couronnement d’un travail de trois an. »
Cirque en Transhumance, comme son nom l’indique, chemine de part et d’autre des Pyrénées avec une programmation commune à Saragosse, en Aquitaine à Aire sur Adour, pour les fêtes de la Mercè de Barcelone, et à Toulouse. Ollés évoque également des actions parallèles comme les festivals Jacetania Circus de Villanúa, fin juillet, ou la programmation du festival Animahu en août, des rendez-vous aragonais auxquels circ que o ! apporte sa contribution.

Pour la ville de Jaca, Cirque en Transhumance est un événement stratégique. Teresa Lacasta, directrice des affaires culturelles de la Mairie, qui est aussi partenaire du projet, affirme : « Dès le début du projet nous avons donné beaucoup d’importance à cet événement. Le travail entre les divers partenaires de France et d’Espagne, sont très enrichissants. Le développement du cirque comme langage scénique innovateur est important pour nous, ainsi que la possibilité de pouvoir participer à la mise en valeur de ce langage à Jaca. Il y a ici depuis peu une association de cirque. Nous consacrons un budget conséquent aux arts de la scène et pensons que le cirque doit aussi faire partie de cette programmation. » C’est pour cette raison que Jaca a aussi accueilli des ateliers de formation dans les écoles, en plus de ceux programmés pour cet événement particulier. « Participer à circ que o ! est très intéressant à différents niveaux », affirme t-elle. « Pour une ville touristique comme la nôtre, pouvoir disposer d’un festival de cette taille fin septembre - début octobre est un facteur de dynamisation importante, en plus d’investir certaines infrastructures et une partie du patrimoine de la ville. C’est bénéfique à tous points de vue. »

Télécharger le PDF Ici


Graphisme : Creadores de Ocio Crédits photos : la Grainerie, APCC, Poussière d’Image, Fanette Bruel, Guillaume Gouache, Eva Ferres.

Extranet | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Agenda